J’aimerais pouvoir me présenter aux élections présidentielles

Si je pouvais me présenter à l’élection présidentielle française, et que j’étais élue, au moins je serais sûre de plusieurs choses :

  • je pourrais avoir confiance en la personne qui dirige la France,
  • qu’elle ne se considérera en aucun point supérieure aux autres français,
  • qu’elle aura à cœur d’accomplir sa mission au mieux,
  • je saurais qu’elle la dirige dans l’intérêt de ses habitants, et non ses propres intérêts, ceux de son parti, de sa famille ou de ses copains,
  • qu’elle essayera sincèrement de changer des choses, même si une seule personne ne peut pas décider de tout dans ce beau pays (bah oui, notre pauvre Hollande avait annoncé qu’il réduirait son salaire, mais les parlementaires en ont voté autrement…)
  • qu’elle ne serait pas arrivé là par copinage, réseautage et autres accords, mais qu’elle aura été élue par ses concitoyens en connaissance de cause, parce qu’elle aura réussi à faire le buzz, se faire connaître, et qu’elle représente une véritable alternative à tous les courants politiques existants,
  • qu’elle aura défini pendant sa campagne qui gouvernera le pays avec elle, qu’il n’y aura pas de surprise, de grand effet d’annonce, que chacun saura qui fera quoi, elle aura peut-être même consultés les français pour qu’ils choisissent eux aussi leurs dirigeants,
  • elle se concentrera sur les problèmes réels et urgents : créer de l’emploi, redonner de l’air aux entreprises, réduire les taxes, rendre le pays plus compétitif à l’international, abolir les différences entre les salariés du privé et du public, traquer tous les fraudeurs (du plus gros au plus petit), chercher de réelles solutions pour éviter la faillite de la sécurité sociale, mettre un terme à tous les avantages démesurés accordés aux hommes politiques (anciens présidents, anciens ministres, anciens parlementaires), faire disparaître les postes fictifs, rendre les administrations réellement efficaces, mettre de l’ordre dans l’éducation et surtout rehausser le niveau des professeurs (faire des contrôles), supprimer l’emploi à vie des fonctionnaires pour avoir enfin des personnes compétentes en poste, fixer une fois pour toutes le nombre de ministère et empêcher la création de nouveaux…
  • qu’elle fera un maximum de sondages et de référendums au près de ses concitoyens pour connaître réellement leur avis, qu’ils aient réellement leur mot à dire sur les décisions qui sont prises dans leur pays et qui les touchent directement,
  • qu’elle utilisera les moyens modernes pour permettre à tout le monde d’émettre des idées pour l’amélioration de la vie en France, et qu’elle mettra un point d’honneur à écouter et lire toutes les réflexions,
  • qu’elle s’appuiera sur des chefs de petites, moyennes et grandes entreprises pour diriger le pays parce qu’elle considère qu’un État doit être dirigé comme le serait une entreprise, en chassant les dépenses superflus et en étant le plus productif possible,
  • qu’elle s’entourera de personnes de tous bords politiques, et surtout de personnes indépendantes de la politique, qui – nous le savons tous – est probablement l’organe le plus corrompu de toutes les Républiques sur cette Terre,
  • qu’elle mettrait en place la 6ème République, une République moderne, bien gérée, qui s’inspire de ce qui se fait de mieux autour d’elle, qui cherche à créer un nouveau modèle économico-politico-démocratico-concret et intelligent, copiable et inspirant,
  • qu’elle prendrait exemple sur la Suède, l’Allemagne, l’Angleterre, la Suisse, le Canada, les États-Unis dans ce qu’ils ont fait de mieux,
  • qu’elle ne se laissera pas distraire par l’appât du gain, du pouvoir et de l’argent, parce qu’elle se satisfait de peu et qu’elle ne veut pas cette position pour le pouvoir mais parce qu’elle considère qu’un pays gouverné par une personne qui ne connait rien à la politique représenterait une réelle rupture et que la France sait être pionnière dans certains domaines,
  • qu’elle ne cachera pas d’amant connu dans ses placards,
  • qu’elle demandera des conseils à la rédaction de Capital et du Canard Enchaîné sur les économies à faire et les planqués à remettre au travail…

Et la liste pourrait bien s’allonger encore.

Publicités