J’aime mon corps

chat-rigoloJe traduis un tas de trucs pour un tas de gens, et il y a un sujet qui revient souvent : la beauté, le look, le maquillage, le poids, la taille.

C’est quoi cette obsession ? Je ne me suis jamais comparée aux filles dans les magazines, je n’ai jamais essayé de leur ressembler. Je n’ai jamais détesté, ni adoré mon corps. Je l’ai toujours pris comme il était, en connaissant mes limites. Je ne me suis jamais posé de questions là-dessus.

C’est surement moi qui ne suis pas faite comme tout le monde, mais je n’ai jamais eut ce genre de problèmes. Grâce à mon éducation. Deux grands frères, un tempérament d’aventurière, la campagne et les chantiers pour terrain de jeu. Je n’ai jamais accordé d’intérêt à mes vêtements. Je crois que jusqu’en 3ème c’est ma mère qui m’achetait des vêtements. Mes plus anciens souvenirs dans la cour de récré c’est que je déchirais systématiquement mes collants aux genoux parce que je courais partout, je jouais avec les filles comme les garçons, et j’étais un peu maladroite donc je tombais souvent. J’avais dessiné des toits couverts d’ardoises pour mon amoureux. (Romantique n’est-ce pas ?!)

chatMon père me disait tout le temps « Encore une chance de moins de devenir miss monde. » Parce que j’avais tout le temps des croûtes aux genoux. Je ne sais plus quels mots il utilisait exactement, mais c’était drôle. On en rigolait tous en famille autour de la table au dîner. Ça n’était pas grave, ni pour ma mère, ni mon père et encore moins pour moi. Il ne se moquait pas. On se moquait plutôt de ces filles qui pensaient plus à leur apparence qu’à s’amuser. Je ne sais pas pourquoi. J’ai grandi comme un garçon je pense. (Pas pour rien que je faisais des concours de poils avec mes frères…)

Ces trucs de filles ne m’intéressaient pas, et ne manquent pas non plus aujourd’hui. D’ailleurs ça ne m’intéresse toujours pas. J’ai jamais eut de problème avec mon corps. Et croyez moi, je ne suis pas un mannequin. (D’ailleurs je trouve ça moche ces grandes filles maigres, aucun intérêt.) Je n’en suis pas moins une femme féminine.

En fait je me demande d’où viennent tous ces problèmes. D’où ces jeunes filles tirent un tel malaise ? Pourquoi veulent-elles ressembler à autre chose ? Pourquoi ont-elles besoin et/ou envie de lire ou écouter des nanas dire ce qui me paraît d’une logique implacable : on est comme on est, il faut l’accepter. Il y a des choses que l’on peut changer, d’autres pas. Vouloir faire 1m80 quand on en fait que 60, c’est impossible, il n’y a rien à y faire. (Certains diront que si, ces foutus chinois font vraiment n’importe quoi…) Faire 5 kilos de moins, c’est possible, après, est-ce vraiment nécessaire ? Il ne faut pas se mettre la rate au court-bouillon pour ça.

Je ne suis vraiment pas comme tout le monde.

J’aime mon éducation.

Pour ne pas illustrer mes propos avec des photos retouchées de mannequin nu ultra-maigre, je vais mettre des chats mignons, c’est bien plus drôle, et vous arracher un sourire est bien plus efficace que n’importe quel régime.

Une fille ronde qui sourit sera toujours plus jolie qu’une fille maigre qui fait la gueule.

chat elle-est-pas-belle-la-vie

Publicités